Le « No-Show »

La signification de cet anglicisme un peu barbare est assez simple : il s’agit de ceux qui réservent et qui n’honorent sciemment pas leurs réservations, un phénomène qui n’est pas nouveau dans la restauration mais qui semble être de plus en plus mis en lumière. Alors pourquoi j’en parle et bien tout simplement parce que la semaine dernière, c’est quatre tables qui nous ont fait faux bond soit douze personnes. Qu’une réservation ne soit pas honorée, cela est plus qu’habituel mais quatre d’un coup ne produit pas le même effet. Alors nulle envie ici de me plaindre – j’ai déjà donné mes premières impressions sur Facebook – mais plutôt le souci d’expliquer le pourquoi de cette colère.

Parce que tout ne résume pas à l’aspect financier même si c’est le nerf de la guerre. Tenir son propre établissement, c’est aussi recevoir les gourmets à sa Table. Et pour bien recevoir, on se prépare, on prévoit, on anticipe pour ceux et celles qui nous vont l’honneur de venir, passent un bon moment. Exactement lorsque vous recevez des amis chez vous, vous avez envie que tout se passe pour le mieux. Petit exemple, nous préparons à l’avance certaines bouchées d’accueil et quand douze personnes ne viennent pas, nous sommes dans l’obligation de les jeter. Et là, en tant que Chef j’ai mal pour tous ces producteurs qui ont mis tout leur savoir-faire dans la culture de ces produits. J’ai mal pour ceux et celle qui dans mes Cuisines ont passé du temps à les élaborer. En tant qu’être humain, j’ai mal de jeter de la nourriture alors qu’une partie de la planète ne peut pas se nourrir convenablement.

Quand j’ai fait part de mon expérience sur les réseaux sociaux beaucoup m’ont conseillés – et je les remercie tous d’ailleurs pour leurs réponses et leurs commentaires – de prendre des arrhes à chaque réservation. Cela se pratique d’ailleurs de manière courante dans les pays anglo-saxons. Oui mais voilà, nous sommes en France ! Et comme je n’aime pas la répression, j’aurais la sensation de punir toute la classe pour quelques cancres. Parce que soyons clairs ceci ne concerne pas la majorité de nos clients.

La solution je ne l’ai pas, du moins pas tout de suite. Mais j’eu envie de parler à ceux et celles qui sont peut-être adeptes de cette pratique. Pour leur rappeler que nous mettons beaucoup d’énergie et de sincérité dans notre travail pour qu’ils passent un agréable moment en notre compagnie. Pour leur rappeler que derrière chaque nom de restaurant, se cachent avant tout des êtres humains qui aiment partager, qui aiment cuisiner tout simplement et que vous n’avez qu’à venir pour nous faire plaisir !

Lionel Giraud

Share Button

articles similaires

Un dîner parfait selon Lionel Giraud

Une Après sĂ©ance « A vif ! »

Une journée type à la Table Saint Crescent

Un Été à notre Table !

Top